Point de vue West Vancouver de nuit

Vancouver. Voilà, la boucle est bouclée : après Montréal,Toronto je viens de passer 3 semaines dans la ville surnommée « l’Eldorado de la côte Ouest ». Depuis que je m’intéresse au Canada, j’ai toujours entendu que des éloges sur cette ville : « meilleure qualité de vie au Canada » – « à Vancouver tu ne t’ennuieras jamais ! » – « Vancouver et son paradis pour les amoureux de l’outdoor ». Et du coup, je dois dire que ça me titiller de la découvrir et de m’en faire mon propre avis.

l'automne à Vancouver

Côtoyer les grandes villes, je connais. Ayant travaillé pendant 5 ans à Paris je pense être vaccinée par la frénésie de ce genre de ville. Arriver à Vancouver ne me faisait donc pas peur, j’étais parée à retrouver « le stress » et errer dans la fourmilière des Vancouvérois.
Contre tout attente (enfin, pas trop en fait) : je ne me suis jamais sentie autant apaisée dans une ville comme celle-ci. Alors oui il y a du monde mais tout ce petit monde ne ressemble pas aux robots que tu croises à Paris. Ici les gens te sourient dans la rue. Ils ne te bousculent pas pour monter dans le bus ou le métro (tu me crois si je te dis qu’ils font la queue pour monter dans le bus ? Et gare à celui qui essayerait de gruger !)
Ici, les Vancouvérois sont polis et courtois et même avec le chauffeur de bus. Il n’est pas rare d’entendre un « Thank you ! » pour remercier le chauffeur de t’avoir amené à bon port. Dingue ? Non, c’est normal ici et d’ailleurs ça devrait l’être partout ailleurs.

Et puis, je vous en parle de ce soir-là, 19h00 à la Station Burrard ? Burrard St est l’une des principales rues du centre ville où il est possible de prendre le Skytrain. En d’autres termes : une rue hyper fréquentée. Ce soir-là je revenais de Métrotown. J’étais un peu fatiguée de mon après-midi, je m’attendais à être bousculée dans tous les sens dans les transports et dans la rue entre les gens qui sortent du boulot et ceux pressés de retrouver leurs amis pour un verre ou un resto’. Et là : surprise ! Tout était d’un calme Olympien (tu sais, ce même calme que tu retrouves à Paris vers 7h30 du matin quand la ville se réveille). Punaise ! Quel bien fou ! Je peux revivre ce moment svp ?

les rues de Vancouver

Une autre pépite de la ville : sa localisation géographique.
Est-ce que ça vous est déjà arrivé dans une même (grande) ville et le même jour de faire une randonnée le matin, de flâner dans ses rues et ses quartiers l’après-midi et de terminer par aller à la plage pour profiter du coucher du soleil ? Moi ça ne m’était jamais arrivé jusqu’à aujourd’hui.

coucher de soleil sur West Vancouver

Depuis Vancouver, en 20 mn de ferry tu peux rejoindre les îles alentours. En 20 mn de bus tu te retrouves en pleine forêt à l’ambiance tropicale. Pas besoin de faire 3h00 de route pour « déconnecter » avec la ville et ça, j’apprécie vraiment. Car s’il y a bien une chose qui m’agace au Canada ce sont ces kilomètres et kilomètres à parcourir avant d’arriver à un point B (meuf ! T’avais qu’à choisir un pays plus petit pour ton PVT. Pas faux).

les activités à Vancouver

Cette diversité on la retrouve aussi dans ses quartiers. Ils ont chacun leur emprunte. Ils te montrent qu’une ville à l’architecture moderne et de type « américaine » peut cacher bien des joyaux comme par exemple des maisons colorées et petit jardin dans ses rues perpendiculaires. Sérieux ? Sérieux ! Mention spéciale pour les quartiers de Commercial Drive et West End : j’ai tellement aimé m’y perdre.

maison à Commercial Dr à Vancouver

Et puis, ici à Vancouver, j’ai arrêté de penser que tout était prétexte à supercherie. J’ai arrêté de penser que si telle ou telle personne agissait de cette façon c’est parce qu’elle avait une idée derrière la tête. Merci à toi « petite fille du London Drugs », tu m’as redonné foi en les petites filles qui sortent de nul part et qui viennent t’accoster (si tu as fréquenté la Gare du Nord ou la place du Trocadéro ces dernières années, tu dois savoir à quel genre de petites filles je fais référence).

Alors c’est pour toutes ces choses que tu n’en sortiras pas indemne. Je te déconseille de venir « juste » visiter Vancouver. Parce-que Vancouver, ça ne se visite pas « juste comme ça ». Vancouver, on prend son temps pour la découvrir et pour l’apprécier. Et pourquoi ? Parce-qu’ici c’est un vrai retour à la vie, comme j’aime le dire.


Psss’t: Vancouver, j’élue domicile chez toi dans quelques mois.
Toi qui lis ce post et qui es au Canada, ou toi qui projettes de visiter Vancouver (mais t’as compris : pas juste visiter), prépares-toi à lire de nombreux posts sur cette petite merveille. En attendant, tu peux déjà retrouver de nombreuses infos, ici.

4