Voilà 8 mois que je suis PVTiste au Canada à barouder ou poser mes valises entre Yukon et Territoires du Nord-Ouest. Depuis mon arrivée je ne compte plus le nombre de fois où je me suis entendue dire « mais ils sont sérieux ? ». Surprise, étonnée, morte de rire ou parfois énervée de ces différences entre ici et mon pays. Mais punaise ! Qu’est-ce que je les aime ces différences, elles marqueront sans doute mon esprit pour encore longtemps. Ici : mes WTF Canadiennes.

Forfait mobile, forfait Internet : vous avez dit $200/mois ?

Certainement une des premières choses qui m’a le plus frappée (pour ne pas dire choquée) : le prix des forfaits téléphonique et ceux de l’Internet. Lors d’un premier voyage au Canada, j’avais rapidement pris connaissance de cet océan qui existe entre nos deux pays (non je ne parle pas de l’Atlantique) mais bien de cette différence de Data et de prix que tu peux avoir en France comparé au Canada. Ici, tu peux oublier l’illimité comme nous le connaissons et tu peux également oublier le forfait Free à 1€/mois. Le prix des forfaits est exorbitant pour le nombre d’heures d’appel inclus, le nombre de sms/mms autorisés et les Giga d’Internet compris. Pour te donner un exemple, j’ai un forfait prépayé chez Virgin ; je paie $30/mois (environ 20€) pour : 120 mn d’appel – SMS illimités – pas de MMS compris ni d’Internet. Ouf non ? Certains diront que je paie une fortune et que je peux avoir beaucoup mieux pour ce prix. Certes. Mais sachez que du fait de ma situation géographique (les TNO), le choix est encore plus limité en terme de forfait. Là aussi une autre WTF. Les provinces au Nord du Canada n’ont malheureusement pas les mêmes services qu’un Québec ou qu’une Colombie-Britannique. Moche.

Collègues canadiens : « nous on ne dit pas « bonjour » mais on fait des câlins »

Comme tu le sais, depuis quelques mois je travaille dans un magasin de sport à la clientèle hyper sympa et à l’équipe hyper top. Quand j’ai commencé, j’ai été troublée par mes: « Hiiiiiii ! » hyper enjoués et qui restaient… Sans réponse.
Un matin, puis deux, puis trois, toujours la même chose : un « bonjour » franc et fort et quasiment aucune réponse. J’ai rapidement compris que mes collègues ne me diraient spontanément « bonjour » que lorsqu’ils viendraient me parler pour la première fois de la journée : bizarre. En revanche, les câlins sont autorisés. Je vous laisse imaginer, pour la presque non-tactile que je suis quand pour la première fois une de mes collègues m’a franchement pris dans ses bras pour me remercier de l’avoir aidé. Quelle surprise !

Canada des calins entre collegues

Le système de CB

Je me souviens de mon premier rdv à la banque : celui de l’ouverture de mon compte. Je tombais avec une Québécoise hyper contente de pouvoir parler français. Elle parlait à une folle allure où je ne comprenais que la moitié (car non, nous ne parlons pas tout à fait le même français) et sans vraiment rentrer dans les détails. Un rdv très compliqué et fatiguant.

Le système de CB je crois que c’est ce qui m’a demandé le plus gros effort de compréhension. Quand ça ne veut pas rentrer, ça ne veut pas ! Ici, tu as une carte de débit et une carte de crédit. Ta carte de débit, débite immédiatement de ton compte ce que tu achètes mais ne te permet pas de réaliser des paiements en ligne (du moins, avec ma banque). Donc, quand tu veux acheter un billet d’avion pour continuer à voir du pays tu es obligé d’utiliser une carte de crédit ou une carte de débit virtuel. Et surtout, bien penser à faire le transfert d’argent de ton compte « chèque » vers ta carte de crédit. Tu suis ?

Quand le canadien embarque sa maison pour un après-midi pêche

Vous vous souvenez, je vous racontais dans un précédent article ce super moment sur le Zig-Zag Lake à avoir creuser dans la glace pour pouvoir y pêcher du poisson. Ce matin-là, nous partons avec Heather et Bradley retrouver leur couple d’amis sur le parking de Tim’s Horton (sans blague !). Je me souviens avoir regardé Mr Angélique-Trips est lui avoir dit « non mais ils ne sont pas sérieux ? » : en face de nous, un truck dernière génération avec une énooooorme remorque. 2h00 de route plus tard, arrêt sur le lac et là : caverne d’Alibaba. 2 Skidoo, un énorme bbq, 5 sièges, une remorque pour les Skidoo, l’artillerie pêche, de la nourriture et j’en passe. Un équipement de haut vol pour 5h00 de pêche.

Un canadien sans chien, n’est pas un canadien

Je parlais avec ce PVTiste, on se partageait nos ressentis sur la vie au Canada et sur les canadiens en général. Nos points de vue étaient plutôt similaires quand tout d’un coup il me dit « Et puis alors ! Ce sont des névrosés des clébards ! » Énorme fou-rire de 5 mn à la lecture de ce message : j’étais 1000 % d’accord avec lui. C’est fou de voir qu’à chaque canadien, son toutou tenu en laisse. Je crois que leur amour pour l’animal à 4 pattes dépasse l’inimaginable : screen à l’appui 😉

L'histoire des chiens au Canada

L'amour des chiens au Canada

Quand le code la route devient un mystère pour toi

Je ne m’en étais pas autant rendue compte lors de mon premier voyage au Canada mais le code de la route peut parfois être… déstabilisant. Surtout dans les débuts. En fait, tout est une histoire de « feu rouge » :

  • Règle n°1 : quand le feu sera rouge, à droite tu auras le droit de tourner

Gneh ? J’étais côté passager et j’observais la scène qui se déroulait devant moi : le truck en face, sans pression, tourne à droite alors que le feu était rouge. Normal ? Oui normal. Au Canada il est autorisé de tourner à droite à ce moment-là, du moment qu’aucun piéton ne soit dans les parages, prêt à traverser.
La première fois que j’ai essayé l’exercice je n’étais pas sereine et puis finalement, ça devient une habitude. Amis conducteurs et piétons français, le jour où je reviendrais parmi vous, faites attention ! Ça risque de mettre du temps disparaître ce genre d’habitude ☺

  • Règle n° 2 : quand le feu sera rouge, tu t’arrêteras à la « stop line » 10 mètres avant le feu

WTF ? On roule, on roule et là BIM, au loin, le feu passe au rouge. Les voitures devant nous s’arrêtent subitement au moins 10 mètres avant le feu mais pourquoi ? Qu’est-ce que qu’il se passe ? Rien. Rien d’anormal pour le code de la route canadien, c’est comme ça ici. Si un jour tu rencontres Mr Angélique-Trips, rappelle lui de ne pas toujours parler quand il conduit et surtout à l’approche d’un feu rouge : ça lui évitera de s’arrêter en plein milieu de la route ☺

feu-rouge au Canada

Le canadien n’est pas avars de compliments

S’il y a bien une chose que je ne retirerai pas aux canadiens c’est leur facilité décomplexée de faire des compliments. C’est bien une des premières fois de ma vie que je reçois autant de compliments : que ce soit sur mes tenues vestimentaires (et pourtant, mes amis vous diront que je suis loin d’être une fashionista) ou encore sur mon attitude. J’admets qu’au début j’étais un peu sur mes gardes pensant qu’ils ne disaient pas vrai et puis finalement, je me suis rendue compte que non : quand le canadien aime quelque chose, il te le dit !

 

0